Protéger sa peau des désagréments causés par le port du masque

En cette période de pandémie, le port du masque au quotidien est plus que jamais recommandé (voire obligatoire) pour ralentir la propagation du virus. Toutefois, notre peau, peu habituée à vivre « sous cloche » a parfois du mal à se faire à ce nouveau microclimat tropical !

Sous notre masque, le dioxyde de carbone issu de la respiration s’accumule, la température augmente, ainsi que l’humidité. Les premiers cas de dommages cutanés sont logiquement apparus chez le personnel soignant, soumis à de longues journées de travail en tenue de protection avec masques FFP2 ou chirurgicaux. Afin d’offrir une protection maximale, ces masques doivent être ajustés au plus près au niveau du nez et sont donc assez hermétiques.

Une publication parue en février 2020 dans « Journal of Wound Care » a analysé les dommages de pressions pouvant être causés par les Dispositifs Médicaux, dont font partie les masques [1]. Sur une longue durée, les porteurs transpirent sous le masque, ce qui augmente localement l’humidité, la température, abaisse le seuil d’inflammation, amplifie les frictions et conduit à des dommages sur le nez et les joues principalement.

Facteurs impliqués dans le développement d’un ulcère de pression lié au masque (d’après Knotter & coll.[2])

A un moindre niveau, au niveau de la population générale, on peut voir :

  • survenir des désagréments chez des personnes sans antécédents médicaux (irritations, rougeurs, sensibilité, peau plus grasse, lèvres sèches, folliculite de la barbe),
  • des pathologies s’aggraver en présence du masque (rosacée, acné ou « maskne », dermite séborrhéique, psoriasis, etc.)

Ces problèmes, observés au niveau de l’arête nasale, des joues ou du menton, sont en lien avec les modifications du microenvironnement cutané sous le masque.

Afin d’évaluer les effets protecteur, apaisant, anti-frottements, sébo-régulateur de soins pour le visage vis-à-vis d’un port prolongé du masque, Eurofins-Dermscan propose un ensemble de protocoles spécifiquement adaptés à cette contrainte. L’impact de ces désagréments pouvant être important, n’hésitez pas à coupler ces études avec un questionnaire spécifique de la qualité de vie. Nos équipes proposent également des tests permettant de démontrer la longue tenue et l’absence de transfert de vos produits de maquillage.

 

N’hésitez pas à nous solliciter sur toutes vos revendications « Mask-friendly », « Mask-wear », « Mask-resistant », « Mask-proof », …

  1. Device-related pressure ulcers: SECURE prevention – International Consensus Document. J. Wound Care. 2020; 29(2): S1-S52.
  2. Knotter J, Black J, Gefen A, Santamaria N. Microclimate: a critical review in the context of pressure ulcer prevention. Clin. Biochem. (Bristol, Avon). 2018; 59-72.

Lumière bleue et Infrarouges : testez la protection solaire étendue !

Jusqu’à très récemment, le discours sur la protection solaire concernait uniquement les ultraviolets (UVs) : UVB [280-315 nm] puis UVA [315-380 nm]. En effet, ces radiations de haute énergie qui conduisent à l’apparition du bronzage provoquent également l’apparition d’érythèmes, de radicaux libres et un vieillissement prématuré. Or, les ultraviolets ne représentent que 7% des radiations qui atteignent la surface de la terre ; le reste est constitué à 46% par la lumière visible et 47% l’infrarouge (IR) (Figure 1).

rayonnement solaire

Figure 1 : Spectre du rayonnement solaire atteignant la Terre (http://www.insu.cnrs.fr/images/7249)

 

Dans les années 1990, les premières revendications concernant la protection cutanée vis-à-vis des infrarouges ont fait leur apparition [1] mais il a fallu attendre la fin des années 2000 pour que cet argument soit plus largement repris par les marques. En parallèle, l’attention s’est portée sur l’impact de la lumière visible sur notre peau, et plus particulièrement de la lumière bleue qui envahie notre environnement via les écrans, tablettes, smartphones et autres appareils électroniques (Figure 2) …

 

Figure 2 : Spectre moyen du rayonnement visible émis par les écrans

INFRAROUGES

Le spectre de l’infrarouge s’étend de 780 à 106 nm et se décompose an IRA [780-1480 nm], IRB [1480- 3000 nm] et IRC [3-1000 µm] (Figure 3).

 

Figure 3 : fractionnement du spectre infrarouge

 

Si les filtres solaires classiques protègent contre les rayonnements ultraviolets, plusieurs études soulignent l’impact délétère des infrarouges et le fait qu’une protection infrarouges devrait également être ajoutée aux produits [2-4]. En effet, les Infrarouges sont impliqués dans le vieillissement cutané et probablement dans la cancérogenèse [5]; ils sont principalement responsables de l’augmentation de la température de la peau et conduisent à la production de radicaux libres et de métalloprotéinases-1 (MMP-1) dans le derme [6-8].

Une protection efficace contre les Infrarouges peut être obtenue par ajout de filtres optiques absorbant dans la gamme IR, de piégeurs de radicaux libres et/ou la réflexion de photons [9].

 

Dermscan vous propose d’évaluer l’effet protecteur des produits cosmétiques contre les infrarouges par des approches complémentaires, et ce après une irradiation IR [10] :

  • approche biométrologique : mesures cutanées de couleur et/ou température et/ou microcirculation
  • approche biochimique : dosages de l’oxydation des lipides (SQOOH, MDA) et/ou d’enzymes (CAT, SOD)

LUMIÈRE BLEUE

Le spectre de la lumière bleue s’étend de 380 à 490 nm, en passant du violet à l’indigo puis au bleu (Figure 4).

 

Figure 4 : fractionnement de la lumière visible

 

De récentes études ont mis en évidence que ce type de lumière – et notamment les courtes longueurs d’ondes autour de 415 nm- pouvait conduire à un érythème, la production de radicaux libres ainsi qu’à une hyper-pigmentation de longue durée chez les sujets de phototype III et plus [11,12].

Les filtres chimiques actuels ne sont pas capables de bloquer la lumière visible, et la lumière bleue en particulier. Seuls les filtres minéraux peuvent permettre – selon la taille des particules – de filtrer le rayonnement bleu [11]. Une autre approche consiste à ajouter des anti-oxydants aux formules cosmétiques, afin de limiter le vieillissement cutané accéléré et les dommages induits par la lumière bleue [13].

 

Dermscan offre différentes approches pour évaluer l’effet protecteur anti-lumière bleue au niveau de la peau :

  • irradiation (unique ou répétée) en lumière bleue (pic à 415 nm) suivie de l’évaluation de l’oxydation du β-carotène, la carbonylation des protéines, l’oxydation des lipides ou la pigmentation.
  • test en conditions réelles, sur des sujets exposés régulièrement aux écrans d’appareils électroniques : effet sur l’éclat du teint et la fatigue cutanée.

 

N’hésitez pas à nous solliciter sur ces sujets ! Nous vous conseillerons le protocole répondant à vos besoins.

REFERENCES

  1. Violin L, Girard F, Girard P, Meille JP, Petit-Ramel M. Infra-red photoprotection properties of cosmetic products. Correlation between measurement of the anti-erythemic effect in vivo in man and the infra-red reflection power in vitro. Int J Cosm Sci. 1994; 16: 113-120.
  2. Schroeder P, Calles C, Benesova T, et al. Photoprotection beyond ultraviolet radiation – Effective sun protection has to include protection against infrared A radiation-induced skin damage. Skin Pharmacol Physiol. 2010; 23: 15-17.
  3. Krutmann J, Morita A, Chung JH. Sun exposure: what molecular photodermatology tells us about its good and bad sides. J Invest Dermatol. 2012; 132: 976-84.
  4. Dupont E, Gomez J, Bilodeau D. Beyond UV radiation: a skin under challenge. Int. J. Cosm. Sci. 2013; 35:224-232.
  5. Kim MS, Kim YK, Cho KH, Chung JH. Regulation of type I procollagen and MMP-1 expression after single or repeated exposure to infrared radiation in human skin. 2006; 127: 875-822.
  6. Cho S, Lee MJ, Kim MS et al. Infrared plus visible light and heat from natural sunlight participate in the expression of MMPs and type I procollagen as well as infiltration of inflammatory cell in human skin in vivo. J Dermatol Sci. 2008; 50: 123-133.
  7. Schroeder P, Lademann J, Darvin ME, et al. Infrared radiation-induced matrix metalloproteinase in human skin: implications for protection. J Invest Dermatol. 2008; 128: 2491-2497.
  8. Darvin ME, Haag SF, Lademann J et al. Formation of free radicals in human skin during irradiation with infrared light. J Invest Dermatol. 2010; 130: 629-631.
  9. Meinke M, Haag SF, Schanzer S et al. Radical protection by sunscreens in the infrared spectral range. Photochem Photobiol. 2011; 87:452-456.
  10. Sirvent A, Lhéritierc, Moga A, Girard-Ory F. Evaluation of the anti-infra-red protection of cosmetic products, in vivo. 28th Congress of the IFSCC, 26-30 Octobre 2014; Paris – France.
  11. Bassel HM, Hexsel CL, Hamzavi IH, Lim HW. Effects of visible light on the skin. Photochem Photobiol. 2008; 84: 450-462.
  12. Regazzetti C, Sormani L, Debayle D et al. Melanocytes sense blue light and regulate pigmentation through Opsin-3. J Invest Dermatol. 2018; 138: 171-178.
  13. Liebel F, Kaur S, Ruvolo E, Kollias N, Southall MD. Irradiation of skin with visible light induces reactive oxygen species and matrix-degrading enzymes. J Invest Dermatol. 2012; 132: 1901-1907.

Announcement: Dermscan joins Eurofins

Eurofins is pride to announce the acquisition of Dermscan Group, a well-recognized testing company with a global laboratory network.

During 28 years, Dermscan has built a significant reputation for excellence in safety, efficacy, clinical studies and in-vitro testing, serving the cosmetics, personal care, and pharmaceutical industries.

Eurofins is excited to strengthen its expertise in cosmetic testing in a market where the desire for safety and efficacy is among the highest in the world.

Dermscan brings to Eurofins Cosmetics innovative capabilities as well as strong competences from its worldwide expert team (France,  Poland, Tunisia, Thailand and Mauritius).

In line with Eurofins Cosmetics’strategy to expand its leading global cosmetic testing footprint, this acquisition reinforces the position of Eurofins Cosmetics, with now on 40 state-of-the-art laboratories active in that field, across Europe, North America, Asia, Australia and Africa, offering an unmatched range of clinical, sensory, chemical, in-vitro and microbiological testing services to its clients.

« We are confident that this acquisition will contribute to the expansion of our expertise and footprint in the cosmetics testing industry by offering an increasingly wider scope of top-class services and facilitating the development of innovative new solutions for our customers »

This is a new adventure and a new challenge for the entire Dermscan’s team that we are very excited to undertake. Joining Eurofins will enable us to propose an even more complete and diversified offer to the cosmetics industry.

About Eurofins

Eurofins Scientific is an International group of laboratories headquartered in Luxembourg, providing testing and support services to the pharmaceutical, food, environmental, agroscience and consumer products industries, among other.

The group is one of the international leaders in the provision of testing services with a network of more than 650 laboratories across 45 countries. Through research and development, in-licensing and acquisitions, the Group draws on the latest developments in every industry it serves, while helping corporations to deliver safe and compliant products through responsible and sustainable sourcing practices.

Évaluation de 3 dispositifs de cryothérapie pour le traitement des verrues

Les verrues cutanées (qu’elles soient vulgaires ou plantaires) sont des lésions cutanées fréquentes, causées par le virus du papillome humain (HPV). Elles peuvent être traitées sous contrôle médicale par l’azote liquide mais d’autres dispositifs à usage domestique existent.

L’objectif de cette étude était de comparer un dispositif à base d’oxyde nitreux avec des produits à base de diméthyléther propane disposant soit d’un applicateur souple (comparateur 1), soit d’un applicateur métallique (comparateur 2). Le critère d’efficacité sélectionné était le pourcentage de sujets guéris après un à trois traitements maximum.

  • Avec le nouveau dispositif, un taux de guérison de 71% a été observé après un maximum de trois applications ; ce taux était significativement supérieur à celui constaté avec les dispositifs 1 et 2 (46,2% et 47,5% respectivement).
  • Près de trois fois plus de sujets ont été guéris après 1 application avec le nouveau dispositif (29,3%), comparativement aux dispositifs 1 (10,4%) et 2 (12,5%).
  • Les effets secondaires rapportés avec les 3 systèmes étaient transitoires et typiques de la cryothérapie. Tous les traitements étaient bien tolérés.
  • Cette étude a démontré que le nouveau dispositif domestique cryogénique à base d’oxyde nitreux est un traitement sûr, simple et efficace contre les verrues.

 

Cette étude a donné lieu à une publication dans le journal « Dermatology and Therapy ».

Walczuk I., Eertmans F., Rossel B., Cegielska A., Stockfleth E., Antunes A., Adriaens E.

Efficacy and Safety of Three Cryotherapy Devices for Wart Treatment: A Randomized, Controlled, Investigator-Blinded, Comparative Study.

Dermatol Ther (Heidelb) (2017). https://doi.org/10.1007/s13555-017-0210-5

ENTREPRENEUR DE L’ANNÉE

Découvrez leur vidéo portrait – L’entrepreneur de l’année Auvergne-Rhône-Alpes est une… entrepreneuse – dans laquelle la lauréate témoigne : “Je suis très heureuse de ce prix, mais je le dois principalement à mes équipes, parce que sans eux je n’aurais rien fait !”

Cette 25ème édition du Prix de l’Entrepreneur de l’Année, organisé par le cabinet d’audit  Ernst & Young « permet de mettre en lumière des femmes et des hommes, moteurs de notre économie, créateurs de richesses et d’emplois dans notre pays”, affirme Marc-André Audisio, directeur EY Auvergne Rhône-Alpes.

24 candidats concourraient au titre d’Entrepreneur de l’Année et 29 pour le titre de la Start-Up de l’Année.

Bref Eco, qui met également en avant la PDG de Dermscan et Frédéric Dupont, dirigeant de la société Exagan, pour son prix de la start-up de l’année, détaille dans son article les catégories dans lesquelles les autres lauréats ont été récompensés :

  • Le prix de la vision stratégique est revenu à Jean-Pierre Brunet, Groupe Brunet (Ain) ;
  • le prix de l’entreprise globale à Pierre Chabert, Airstar (Isère) ;
  • le prix de l’entreprise familiale à Julien et Olivier Nicollin, Nicomatic (Haute-Savoie)
  • le prix de l’engagement sociétal à Jean-Frédéric Geolier, 1001 repas (Rhône).
  • Côté start-up, le prix de la stratégie disruptive a été attribué à Acil Jabou, La fraîcherie (Rhône) ; le prix « born global » à Jean-Luc Vallajo, ISKN (Isère).
  • Enfin, le prix du public est revenu à Jacques Husser, Remedee Labs (Isère).

Le journal le Progrès.fr révèle :

« Sa société créée en 1990 travaille pour le compte de groupes cosmétiques pour mener des études cliniques dédiées à l’évaluation de la tolérance et l’efficacité des produits cosmétiques. Le groupe comprend également la société Pharmascan spécialisée dans les essais cliniques de produits pharmaceutiques. En 2016, son chiffre d’affaires s’est élevé à 11 millions d’euros dont 38% réalisé à l’international. Elle compte également 169 salariés dont 100 à l’étranger.

(…)

Frédérique Girard-Ory, PDG du Groupe Dermscan représentera la Région Auvergne-Rhône-Alpes lors de la cérémonie nationale qui aura lieu le 17 octobre prochain à Paris.”

Nous croisons de nouveaux les doigts pour elle !

Vous en voulez encore ? Découvrez l’article du journal Les Echos du 28 septembre sur « Frédérique Girard-Ory (Dermscan), le buisness dans la peau »­­

Quelques images et mots sur la lauréate et l’aventure Dermscan

Son parcours

En avril 1989, Frédérique Girard-Ory soutient avec succès sa thèse de Doctorat en Biologie Humaine sur la mise au point d’un derme articiel destiné aux grands brûlés. Dans le même temps, elle obtient le CAAE (Certificat d’Aptitude à l’administration des entreprises) de l’IAE de Lyon.  Sitôt ses diplômes en poche, elle se lance dans la prospection de son futur marché, décroche ses premiers contrats et crée début 1990 Dermscan, société d’études cliniques dédiée à l’évaluation de la tolérance et l’efficacité des produits cosmétiques.

Quelques mois plus tard, Philippe Girard (son mari) qui l’a conseillée dès le départ, la rejoint.

Pendant 10 ans, l’entreprise trouve ses marques, se développe, se structure et s’adapte aux règlementations.

 

En 2000, son époux et associé décède brusquement. Dans le même temps, la législation en France est changeante (35 heures). Frédérique parvient tout de même à faire évoluer l’entreprise et crée Pharmascan, spécialisée dans les études de médicaments et dispositifs médicaux, afin d’élargir son marché.

En 2002, elle prend des parts (34%) dans un laboratoire spécialisé dans les essais cliniques in vivo, à Bangkok en Thaïlande. Ce dernier devient Dermscan Asia.

En 2006, dans le but d’accélérer le développement de la branche pharmaceutique, elle achète une CRO (Contract Research Organization), à Paris. Mais Frédérique rencontre de nombreuses difficultés et finit par déposer le bilan de cette dernière en 2008. Cette expérience, bien que très difficile financièrement et humainement, contribue cependant à renforcer sa détermination et sa position de dirigeant. Epaulée par son équipe, elle restructure l’entreprise et se lance à l’international ce qui va considérablement booster le développement.

Plusieurs opérations de croissances interne et externe sont réalisées en : Pologne (2008 et 2014), Tunisie (2010) et Ile Maurice (2017). Le pari de l’international se révèle payant et permet une nette amélioration du chiffre d’affaire et de la rentabilité du groupe.

 

Aujourd’hui, Dermscan est reconnue pour la qualité de ses services, son dynamisme, son sens de l’innovation et sa réactivité. Cette image s’est construite avec le temps, au prix de gros efforts, d’une démarche qualité menée depuis 10 ans à la hauteur des ambitions de l’entreprise. C’est aussi le résultat d’une culture interne qui privilégie un climat social agréable à une croissance à tout prix. Preuve de la qualité du management, l’ancienneté moyenne des collaborateurs de Dermscan est de 11 ans.

Lauréate nationale d’or du prix « Femme à l’international » des « Femmes de l’Economie » en 2016, Frédérique Girard-Ory est impliquée dans le développement de l’entreprenariat et plus encore, dans celui des femmes entrepreneurs. Elle milite pour faire évoluer les mentalités en France et « booster l’ambition des femmes ».

Frédérique est également écrivain pendant son temps libre et a d’ailleurs publié plusieurs romans et intrigues policières.

 

Les clés de sa réussite

  • La capacité à s’entourer des bonnes personnes soit par des recrutements externes, soit par la valorisation des compétences internes
  • Le développement à l’international qui a permis au groupe de répondre aux besoins des clients en termes notamment de diversité de climats et de volontaires de test, tout en améliorant les marges
  • Le souci du bien-être au travail et l’épanouissement des collaborateurs.


Chiffres clés

  • Réalisation d’essais cliniques innovants à travers deux marques : Laboratoire Dermscan, tests de produits et ingrédients cosmétiques et Pharmascan, essais cliniques de produits pharmaceutiques/de santé – Phase I à IV
  • En 2016, un chiffre d’affaires de 11 millions d’euros avec un effectif de 169 personnes dont 100 à l’étranger.
  • 5 filiales et 38% du chiffre d’affaires réalisé à l’international.

DERMSCAN & INSIGHT

Face au succès de cette collaboration, Dermscan et Insight ont eu l’envie d’aller plus loin. Partageant le même goût du travail bien fait, de l’épanouissement de leurs équipes et forts d’une belle expérience des essais cliniques, ces deux sociétés complémentaires ont décidé de ne faire qu’un.

Insight Research a donc récemment intégré le Groupe Dermscan !

Pour vous chers clients, pas de changement d’organisation. Vos interlocuteurs et vos habitudes avec Dermscan et/ou Insight restent les mêmes, mais avec encore plus de solutions à tous vos projets !

 

Pourquoi avoir choisi Insight Research à l’Ile Maurice ?

Règlementation et environnement stables

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Sécurité règlementaire adaptée à tout type demande, en particulier pour les études de DM (Dispositifs Médicaux)

– Meilleurs délais de traitement de vos dossiers par les autorités concernées

Expertise reconnue

entre autre pour les études :

– de DM de type I, IIa, IIb et III

– dermatologique, dentaire, gynécologiques…

– anti-poux, lentes…

 

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Complémentarités essentielles pour vous offrir un service complet

Climat tempéré avec périodes chaudes et humides adaptées à certains tests spécifiques

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Alternative de test stratégique par rapport aux conditions climatiques de l’hémisphère nord (ex. pour les tests de produits solaires)

14 experts scientifiques formés aux standards et BPC (Bonnes Pratiques Cliniques)

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Confiance, expertise, savoir-faire

Certification ISO 9001 : 2015 d’Insight Research

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Qualité et sérieux des prestations garantis par un organisme indépendant

500m2 de locaux rénovés, à température et hygrométrie contrôlées et idéalement situés au centre de l’île

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Accès facile pour les volontaire et conditions de réalisation des tests optimales

Equipements à la pointe de la technologie

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Accès facile pour les volontaire et conditions de réalisation des tests optimales

Population multi-ethnique

avec une majorité de peaux indiennes et africaines mais aussi caucasiennes et asiatiques.

 

Valeur ajoutée pour vos projets :

4000 volontaires variés inscrits dans la base mauricienne, correspondants à votre cible de consommateurs

9-ethnicity-repartition
9-phototypes

Pourquoi intégrer le Groupe Dermscan ?

Développement croissant et régulier du Groupe dans le domaine des essais cliniques depuis 1990

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Expérience solide et possibilité de formation des équipes mauriciennes par des spécialistes pour un service performant et uniforme

Accès à des services complémentaires

– tout type de tests cliniques in vivo de tolérance et d’efficacité

– large panel de tests pré-cliniques in vitro

 

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Tests clé en main avec des solutions pour répondre de A à Z à toutes vos allégations

L’innovation

L’innovation est au cœur du fonctionnement du Groupe Dermscan grâce à :

– un pôle R&D

– Recherche permanente de nouveaux protocoles par les chefs de projets spécialisés par technique

 

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Accès à des solutions sur mesure pour soutenir vos allégations les plus novatrices et la garantie des meilleures méthodes pour vos projets standards

Pharmascan (branche des tests de produits pharmaceutiques / de santé du Groupe Dermscan )

Depuis 2001, Pharmascan représente un fort potentiel d’étude mise en place à l’Ile Maurice (règlementation, pathologies, infrastructure…)

 

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Solutions pour vos tests de DM et pour recruter des pathologies spécifiques

Accès à différentes implantations et techniques en France, Pologne, Tunisie et Thaïlande

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Études multicentriques facilement organisables pour tester vos produits sur différentes populations, sous conditions environnementales variées, plus rapidement…

Diversification de l’offre Insight

grâce aux services commercial, marketing & communication, R&D, communication scientifique… de Dermscan

 

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Plus de 250 publications scientifiques + possibilité de créer des extraits ou vidéo marketing ou des conférences pour mettre en avant vos résultats d’étude…

Présence sur de nombreux salons et évènements cosmétique et pharmaceutique en tant qu’exposant ou visiteur

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Grande visibilité et notoriété. Opportunité d’échanger en direct

Notoriété du Groupe Dermscan, acteur majeur des essais cliniques

Valeur ajoutée pour vos projets :

– Avis favorables de centaines de clients à travers le monde qui recommandent Dermscan pour la qualité de ses études depuis 1990

Poster scientifique : analyse minéralogique de lavage bronchiolo-alveolaire

Intitulé « Analyse minéralogique de lavages bronchiolo-alvéolaires (LBA) de sujets sains par détection automatique de particules », l’étude avait pour objectif d’évaluer l’intérêt de disposer de données de LBA de références sur sujets sains afin de les comparer à celles de sujets pathologiques (suite à une exposition professionnelle ou environnementale).

 

Le LBA est un examen simple et peu invasif, qui permet le recueil de particules minérales issues des voies aériennes périphériques. Pour interpréter les résultats de l’analyse minéralogique, il est impératif de les comparer à ceux de sujets de référence dont les expositions sont connues.

 

Pour cela, Dermscan a recruté 20 volontaires sains âgés de 20 à 50 ans sans pathologie respiratoire ni sarcoïdose. Des fibroscopie et LBA furent réalisés à l’unité d’endoscopie du Centre hospitalier Saint-Joseph Saint-Luc.

 

Les particules issues des LBA furent examinées par microscopie électronique à balayage à pression variable (MEB-PVa). L’objectif était de valider cet examen pour lequel plus de 1000 particules furent analysées par patient puis classées selon leur composition chimique.

 

Le nombre total de particules (exprimé en ml de LBA) est estimé par la méthode d’analyse dispersive en énergie (EDX) automatique. La figure ci-dessous illustre le fait que le LBA d’un patient exposé professionnellement à des poussières issues de découpe et ponçage de Corian présente une charge en particules supérieure à celles des sujets sains non exposés.

Ainsi, l’acquisition de données de LBA sur un groupe de sujets contrôle et la mise en œuvre facile et peu coûteuse de la MEB-PVa permettent d’envisager l’exploration des expositions de patients et de leur lien avec une pathologie donnée dont on suspecte de possibles facteurs de risques environnementaux.

NOUVEAU TESTS SOLAIRES IN VITRO EN ASIE

Pour vous assurer sérénité et confiance, nous intervenons sur toute la chaine de valeur du test de vos produits. Pour le marché asiatique, vous connaissez déjà les tests solaires (SPF, UVA, etc.) in vivo proposés par Dermscan Asia. Cependant, vous souhaitiez également bénéficier d’un service complet, incluant les tests solaires in vitro. Aujourd’hui vos désirs deviennent réalité car Dermscan Asia collabore depuis peu avec Helioscreen Asia pour la réalisation de vos tests solaires in vitro et in vivo en Thaïlande !

 

Creation and Validation of a Photonumeric Scale to Assess Volume Deficiency in the Infraorbital Region

It was a very interesting and innovative experience for Pharmascan to participate in the creation of a scale that is now published! Indeed, you can find the details of this study in a scientific publication © 2017 by the American Society for Dermatologic Surgery, Inc. Published by Wolters Kluwer Health, Inc. where Dermscan is quoted.

 

Eyes are one of the main aesthetic features of the face. Orbital region tells a lot about aging especially when volume loss, skin laxity and hyperpigmentation increase. Actors of the health and beauty industry such as Allergan, our sponsor for this study, work on revitalization of the infraorbital region. More and more popular dermal fillers or structural fat grafts are solutions to this volume reduction issue.

 

The only published infraorbital scales used to be only descriptive, subjective, or related to computer-generated images. Thus, we helped to develop a validated scale based on actual images was essential.

We contribute to develop photonumeric scale using both live subjects and 3D photographs in collaboration with Canfield, to assess infraorbital skin depressions. To be easily used in the clinic to guide treatment strategies / assess treatment response and also in clinical trials, this scale had to be simple and practical.

16 physicians comprising 8 plastic surgeons, 4 dermatologists, and 4 aesthetic physicians worked together to develop the Allergan Infra-oRbital Scale (AIRS).

 

Pharmascan recruited almost 300 male and female volunteers. They were more than 18 years old, had various skin types (Fitzpatrick skin Types I–VI) and meet a range of right and left infraorbital volume loss severity based on AIRS descriptors.

 

Frontal, oblique, and profile images of the volunteers were taken following standardized protocol and 3D photographic techniques.

A 1st AIRS scale was developed with the most significant pictures corresponding to 4 anatomical descriptions. However, as the percentage of agreement between the different raters wasn’t satisfying enough, a revised scale was created.

Few protocols adjustments were put in place and the number of descriptions increased from 4 to 6, ranged from 0 to 5 to describe the volume deficiency progression across the infraorbital region in greater detail: “For the revised AIRS, the online and live validations were comparable, both showing strong to almost perfect agreement for both intrarater and interrater reliability. Thus, the revised AIRS (Figure 3) was considered valid for rating both live subjects and photographic images.”

Thanks to the collaboration of Pharmascan, Canfield and Allergan: “the AIRS can be considered a photonumeric scale that accurately describes volume loss in the infraorbital region. It has been validated and is appropriate for use in research or for everyday clinical use for both live and photographic assessment.

L’analyse sensorielle : une technique en plein essort !

Les tests sensoriels Dermscan permettent de mettre en avant la perception, la description ainsi que l’action de vos produits en utilisant les sens perçus par l’homme : la vue, l’odorat, le toucher, l’ouïe.

Les évaluations sont effectuées par notre panel d’experts ou par votre cible de futurs utilisateurs/consommateurs.

Dermscan vous propose des protocoles sur mesure, adaptés à tous vos besoins :

Évaluations olfactives

  • in vivo : sniff test (détermination de l’efficacité déodorante)/ caractérisation d’odeur (cheveux / cuir chevelu)
  • in vitro : sur tout type de support / directement sur vos formulations

 

Évaluation de l’éclat du teint

  • in vivo : évaluation de la couleur / texture / apparence globale du teint

 

Évaluation descriptive visuelle – score

  • In vivo ou sur photo : scorage par nos experts de descripteurs comme les signes du vieillissement cutané / fatigue / brillance / qualité de tenue

 

Évaluation auditive

  • Sur tout type de produit : tests acoustiques

 

Évaluation subjective : test consommateur

  • Auprès de votre cible d’utilisateur : appréciation / positionnement face à la concurrence / intention d’achat du produit après utilisation en condition réelle à domicile.

 

Autres analyses sensorielles : tests discriminatifs ou descriptifs / épreuve de classement ou hédoniques, etc.

 

Les réponses obtenues à l’issue de nos analyses sensorielles orientent efficacement le développement des meilleurs produits. Conscient de vos différences par rapport aux produits de la concurrence et capable d’identifier ce qui provoque l’émotion, vos efforts en R&D deviennent plus efficients.

Vous souhaitez plus d’information sur les tests sensoriels Dermscan ?

>> Demander la toute nouvelle plaquette sensorielle Dermscan à notre équipe commerciale : commercial@dermscan.com